ZEIDI

AG BABA

 

PAROLE D'ARTISTE KEL TAMASHEQ

"Pour augmenter la portée de notre action il faut plus de musiciens avec une guitare ! Tous ceux qui jouent de la guitare contribuent à apporter du calme dans toutes ces histoires. C’est comme ça qu’on va y arriver. Tout comme Tinariwen et d’autres groupes, on va développer la communication avec les gens. Et ce, malgré les guerres, les conflits, les années difficiles. Ce n’est pas une obligation de vivre comme ça… On veut vivre comme tout le monde : aller a l’école par exemple pour nos enfants."

BOMBINO, avant son concert du 13 novembre 2013 

St-Germain-en-Laye

Songazine, spécial BOMBINO

L'ACTU

Zeidi sur scène avec le groupe breton IMG , lors du fest-noz de soutien à la radio associative Radio Bro Gwened.

Blues touareg version scottish, andro et rond St-Vincent, ca cartonne !

Oct

25

Suivez l'actu de Zeidi et de son groupe HORIYA

Nov

15

Retour à la case départ si la demande de prolongation du visa de 30 jours est rejetée par la Préfecture du Morbihan, alors que l'attestation d'hzbergement délivrée par la mairie de Pontivy, à trois reprises depuis février dernier, reste valable jusque fin décembre 2014

Crédit Photo Daniel Lafontaine

Préparation de la 2ème Caravane culturelle pour la paix, dans une région au Sud-Maroc dévastée par les récentes inondations qui ont fait nombre de victimes. 

Rendez-vous au festival TARAGALTE, 23, 24, 25 janvier

 

2014 : PROJET ARTISTIQUE
Zeidi Ag Baba sera de retour en Bretagne à partir du 15 octobre. Ce sera l'occasion de faire le point avec tous ses contacts sur ce qui s'est passé pour lui depuis plus d'un an. Dernièrement, Zeidi s'est produit régulièrement avec AMANAR. Il vient de monter sa propre formation, HORYA (Liberté).

L'actu du mois à... 

KLEG (Cléguérec)

11/11: mixage de la maquette qui sera retravaillée par Zeidi et ses musiciens, au Mali ou en Bretagne, selon les solutions à trouver pour que ce nouveau groupe dispose d'instruments et d'un lieu pour faire sonner leur répertoire de blues touareg.

 

La salle qui permettait aux artistes de faire ce travail chez eux, à Kidal, a été détruite par les groupes djihadistes et l'état d'urgence décrété il y a deux ans au Mali n'est pas de nature à donner des perspectives à cette nouvelle géénration de musiciens touaregs.